Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Site littéraire et poétique personnel

older | 1 | .... | 4 | 5 | (Page 6) | 7 | 8 | .... | 31 | newer

    0 0

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.223793671080354.49977.100003491699140&type=3

    Andrew Wyeth, peintre américain, 1917-2009

    bl AW 1.jpg   Bl AW 2.jpg

    George Artemoff, peintre russe, 1892-1965

    bl GA 1.jpg   bl GA 2.jpg

    Théo Van Rysselberghe, peintre belge, 1862-1926

    bl TvR1.jpg   bl TVR 2.jpg

    Lovis Corinth, peintre allemand, 1858-1925

     

    bl LC 1.jpg   bl LC 2.jpg

    Carl Larsson, aquarelliste et dessinateur suédois, 1853-1919

    bl Car Lar 2.jpg   bl Carl Lar 1.jpg

    Magnus Enckell, peintre finlandais, 1870-1925

    bl ME 1.jpg   bl ME 2.jpg

    Christian Dotremont, artiste belge, 1922-1979

    bl CD 1.jpg   bl CD 2.jpg


    0 0

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.223496987776689.49900.100003491699140&type=3

    Egon Schiele, peintre autrichien, 1890-1918

    bl ES 1.jpg   bl ES 2.jpg

    Yannis Moralis, peintre grec, 1916-2009

    bl YM 1.jpg   bl YM 2.jpg

    Robert Delaunay, peintre français, 1885-1941

    bl RD 1.jpg   bl RD 2.jpg

    Lucas Cranach l'Ancien, peintre allemand, 1472-1563

    bl LCA 1.jpg   bl LCA 2.jpg

    Edmond Aman-Jean, peintre français, 1858-1936

    bl EAJ 1.jpg   bl EAJ 2.jpg

    Kasimir Malevitch, peintre russe, 1879-1935

    bl KM 1.jpg   bl KM 2.jpg

    Jan Vermeer de Delft, peintre néerlandais, 1632-1675

    bl JVDD 1.jpg   bl JVDD 2.jpg

    Ferdinand Hodler, peintre suisse, 1853-1918

    bl FH 1.jpg   bl FH 2.jpg

    Minka Gronvold, norvège, fin 19ème siècle

    bl MG 2.jpg   bl MG.jpg

    Joan Miro, peintre catalan, 1893-1983

    bl JM 1.jpg   bl JM 2.jpg

    Ernest Ludwig Kirchner, peintre allemand, 1880-1938

    bl ELK 1.jpg   bl ELK 2.jpg


    0 0

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.223071687819219.49749.100003491699140&type=3

    Félicien Rops, lithographe, illustrateur, aquafortiste, graveur, peintre belge, 1833-1898

    bl FR 1.jpg   bl FR 2.jpg

    Frida Khalo, peintre mexicaine, 1907-1954

    bl FK 1.jpg   bl FK 2.jpg

    Edouard Vuillard, peintre français, 1868-1940

    bl EV 1.jpg   bl EV 2.jpg

    Gustave Courbet, peintre français, 1819-1877

    bl GC 1.jpg   bl GC 2.jpg

    Armand Rassenfosse, peintre et lithographe, 1862-1934

    bl AR 1.jpg   bl AR 2.jpg

    Jackson Pollock, peintre américain, 1912-1956

    bl JP 1.jpg   bl JP.jpg

    Paul Delvaux, peintre belge, 1897-1994

    bl PD 1.jpg   bl PD 2.jpg

    Otto Dix, peintre allemand, 1891-1969

    bl OD 1.jpg   bl OD 2.jpg

    Eugène Carrière, peintre français, 1849-1906

    bl EC 1.jpg   bl EC 2.jpg


    0 0

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.222836654509389.49667.100003491699140&type=3

    Sur mon espace fb, davantage d'oeuvres et des liens biographiques

    James Ensor, peintre belge, 1860-1949

    bl JE 1.jpg   bl JE 2.jpg

    Alexej von Jawlensky, peintre russe, 1864-1941

    bl AVJ 1.jpg   bl AVJ 2.jpg

    Suzanne Valadon, peintre française, 1863-1938

    bl AM 1.jpg   bl AM 2.jpg

    Zinaïda Serebriakova, peintre russe, 1894-1967

    bl ZS 1.jpg   bl ZS 2.jpg

    Raoul Dufy, peintre français, 1877-1953

    bl RD 1.jpg   bl RD 2.jpg

    Ferdinand Hodler (2), peintre suisse, 1853-1918

    bl FH 1.jpg   bl FH 2.jpg

    Anita Rée, peintre allemande, 1885-1933

    bl AR 1.jpg   bl AR 2.jpg

    Ernest Marneffe, peintre belge, 1866-1929

    bl EM 1.jpg   bl EM 2.jpg

    Anders Zorn, peintre et graveur suédois, 1860-1920

    bl AZ 1.jpg   bl AZ 2.jpg

    Hugo Simberg, peintre finlandais, 1873-1917

     

    bl HS 2.jpg   bl HS 1.jpg

    Odilon Redon, peintre et coloriste français, 1840-1916

    bl OR 1.jpg   bl OR 2.jpg

    Juan Gris, peintre espagnol, 1887-1927

    bl JG 1.jpg   bl JG 2.jpg

    Vincent Van Gogh, peintre néerlandais, 1853-1890

    bl VVG 1.jpg   bl VVG 2.jpg

    Pierre Alechinsky, peintre et graveur belge, 1927

    bl PA 1.jpg   bl PA 2.jpg


    0 0

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.223841531075568.49985.100003491699140&type=3

    Voir le prolongement du présent article dans l'album fb dont le lien se trouve ci-dessus.

    Francis Picabia, peintre français, 1879-1953

    bl FP 1.jpg   bl FP 2.jpg

    Ejnar Nielsen, peintre danoix, 1872-1956

     

    bl EN 1.jpg   bl EN 2.jpg

    Félix Labisse, peintre et graveur français, 1905-1982

    bl FL 1.jpg   bl FL 2.jpg

    Christoffer Wilhelm Eckersberg, peintre danois, 1783-1853

    bl CWE 1.jpg   bl CWE 2.jpg

    Franck Dicksee, peintre anglais, 1853-1928

    bl FD 2.jpg   bl FD 1.jpg

    Thomas Wilder Dewing, peintre américain, 1851-1938

    bl TWD 1.jpg   bl TWD 2.jpg

    Henri Matisse, peintre, dessinateur, sculpteur français, 1869-1954

    bl HM 1.jpg   bl HM 2.jpg

    Frederick Frieske, peintre américain, 1874-1939

    bl FF 1.jpg   bl FF 2.jpg


    0 0

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.223564841103237.49925.100003491699140&type=3

    Hélène Schjerfbeck, peintre finlandaise, 1862-1926

    bl HF 1.jpg   bl HF 2.jpg

    Emile Bernard, peintre français, 1868-1941

    bl EB 1.jpg   bl EB 2.jpg

    Henri de Toulouse-Lautrec, peintre et lithographe français, 1864-1901

    bl HDTL 2.jpg   bl HDTL.jpg

    Arnold Bocklin, peintre suisse, 1827-1901

    bl AB 1.jpg   bl AB 2.jpg

    Lovis Corinth (2), peintre allemand, 1858-1925

     

    bl LC 1.jpg   bl LC 2.jpg

    Pierre Puvis de Chavannes, peintre français, 1824-1898

    bl PPDC 1.jpg   bl PPDC 2.jpg

    Georges Rouault, peintre et graveur français, 1871-1958

    bl GR 1.jpg   bl GR 2.jpg

    Ferdinand Hodler (2), peintre suisse, 1853-1918

    bl FH 1.jpg   bl FH 2.jpg


    0 0

    Figuration Féminine

    Un site à découvrir de toute urgence consacré à la femme artiste-peintre du Moyen Age à nos jours. La femme peint la femme. Vraiment, un très bel endroit, formidablement documenté et iconographié. Pour moi, un outil artistique et pédagogique tout à fait exceptionnel. Un lieu encyclopédique pour remédier aux impardonnables brèches des encyclopédies. 

    figuration.jpg

    http://figurationfeminine.blogspot.be/


    0 0

    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.259719740821080.60381.100003491699140&type=3

    Pour consulter davantage d'oeuvres dans de plus grands formats et pour découvrir des liens biographiques, cliquez sur le lien fb.

    Meredith Frampton, peintre et portraitiste anglaise, 1894-1984

    blog MF 1.jpg   blog MF 2.jpg

    Anna Archer, peintre danoise, 1859-1935

    blog AA 1.jpg   blog AA 2.jpg

    Hélène Schjerfbeck(2), peintre finlandaise, 1862-1946

    blog HS 1.jpg   blog HS 2.jpg

    Paula Modersohn-Becker, peintre allemande, 1876-1907

    blog PM 1.jpg   blog PM 2.jpg

    Romaine Brooks, peintre américaine, 1874-1970

    blog RB.jpg

    Mary Cassatt, peintre américaine, 1844-1926

     

    blog MC 1.jpg   blog MC 2.jpg

    Louise Catherine Breslau, peintre suisse, 1856-1927

    blog LCB 2.jpg   blog LCB.jpg

    Artemisia Gentileschi, peintre italienne, 1593-1652

     

    blog AG 1.jpg   blog AG 2.jpg

    Dorothea Tanning, peintre américaine, 1910-2012

    blog dT1.jpg   blog DT 2.jpg

    Angelica Kauffman, 1741-1807

    blog AK 1.jpg   blog AK 2.jpg


    0 0

    http://myrtille-henrion-picco.blogspot.be

    MHP 1.jpg MHP 4.jpg MHP 5.JPG MHP 12.jpg MHP 17.jpg MHP 16.JPG

    Myrtille Henrion Picco

    une rencontre avec la beauté

    PRÉSENTATION DE L’ARTISTE SUR SON BLOG

    MHP 15.jpg1952 : Naissance à Nancy. Enfant, Myrtille gribouille partout et tout le temps. Mais c'est d'abord la photographie qui l'attire, au point d'en faire son métier. Elle renonce à cette passion quand elle comprend combien son regard est devenu analytique, "rectangulaire" et froid comme le métal de son boîtier. L'objectif la sépare du monde.Le monde, tiens, parlons-en.1973 : Abandon du nid. Elle part.Angleterre, Allemagne. Essais de vie ailleurs. Pas vraiment dépaysant.1976 : Première grande expédition, sac au dos. De l'Italie au Népal en passant par la Grèce, la Yougoslavie, l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Inde, à pied, en bus, en stop.S'en suivront d'autres voyages, séjours à l'étranger, délocalisations et allées et venues en tous genres pendant lesquels elle réalise de nombreux dessins sombres et tourmentés.A la recherche de soleil, elle atterrit à St.Tropez où elle rencontre son mari, Henri Picco, artiste peintre et sculpteur. La plupart de ses amis sont artistes. Ensemble ils passent des nuits entières dans leurs ateliers. C'est le déclic. "J'étais devenue une véritable éponge, dira-t-elle, je buvais chaque geste, chaque parole qui aurait pu m'apprendre quelque chose. Ces moments étaient devenus essentiels pour moi." Les dessins se muent en peintures. Les couleurs entrent dans les compositions. Les formats s'agrandissent. 1979 : Installation en Ardèche.1980 : Nouveau départ. Brésil. Premières expositions personnelles.1981 : Retour en France. Naissance de sa fille Lily. 1982 : Le bébé sous le bras, elle repart pour les tropiques, destination la Martinique 1990- 91 : Retour. Elle vend ses œuvres, à Lyon, au marché de la création. 1994-95 : Avec son mari, elle participe en tant que formatrice à la création d'une vaste fresque murale, projet social visant à la réinsertion de femmes en difficultés. Délicate aventure humaine qu'ils mènent tous deux à bien malgré vents et tempêtes.2008 : Exposition solo à La Villa Rose, Lyon. Aujourd'hui, elle vit et travaille en Ardèche.

    NB Toutes les oeuvres reproduites dans cet article sont la propriété de Myrtille Henrion Picco.

    PARLONS D’ELLE 

    MHP 29.jpgJ’ai fait sa connaissance par la découverte enchantée de son espace "Figuration féminine", espace consacré à la femme artiste peintre (la femme peint la femme) du Moyen Âge à nos jours. (http://figurationfeminine.blogspot.be/?spref=fb). Merveilleuse et intelligente entreprise qui constitue à mes yeux un indispensable outil pédagogique. J’aime cette générosité, cette pertinence intellectuelle, ce défi. Le défi de s’opposer à des siècles d’injustice et de relégation systématique de la femme hors de la cité de l'art. Mais il me semble pourtant que la réponse la plus fulgurante de Myrtille Henrion Picco tient en son faramineux talent et dans l’épopée que constitue son aventure picturale. La découverte de ses œuvres représente pour moi un vrai choc artistique, une secousse sismo-esthétique, une secousse qui aurait l'électricité aigue de la gifle et l'agrément délicat de la soie. Une rencontre oxymorique. Une rencontre qui engendre de la joie, une émotion esthétique, une foule de sentiments plaisants. Myrtille Henrion Picco. L’artiste est parvenue, dans une superbe geste picturale, à greffer la vibrante somme de ce qu’elle est (ses voyages, ses aventures, sa vocation de photographe, son âme, ses découvertes culturelles, ses apprentissages humains, ses connaissances de l’histoire de la peinture) dans le lieu merveilleux de son œuvre. Une œuvre admirable et qui produit d’hallucinantes synthèses personnelles, singulières, inimitables de ce qu’est et a été le grand voyage de la peinture dans le temps et dans
    MHP 13.jpgl’espace. J’aime tout là dedans, tout m'est agréable et bénéfique, tout me ravit et m'emporte, la science et la danse du trait, la couleur vivante, l’impalpable supplément de féminité, la grâce exquise, le rythme musical des œuvres (oui, il me semble que j’entends quelque chose), l’esthétique raffinée, la poésie élégante, quelque chose qui appartient à une magie visuelle, une hallucinante dimension onirique, la présence d'une grande tendresse, la féconde originalité des compositions, 
    la patiente approche et la délicate et infatigable saisie de la beauté. Son univers, peuplé d'une somptueuse flore de femmes, est d’une grâce confondante, il fonde un bel endroit, un havre de charme et de beauté étrange, le lieu peut-être d'un voyage qui persiste à se dérouler par l'intérieur, dans le filigrane des toiles.Voilà le bâtiment progressif et superbe d’un univers, d'un ailleurs exceptionnel, aérien et terrestre, voilà la beauté d’un regard et l’art de le rendre habité, palpitant, mystérieux, précieux. Voilà une constellation telle qu’elle mérite d’être longtemps visitée et louée. Voilà une artiste qui a su attirer l’art à elle, qui l’a longtemps apprivoisé, qui l’a longtemps fait infuser et percoler en elle et qui, après l’avoir brassé dans sa mer intérieure, en restitue et propose des formes tout à la fois nouvelles et anciennes,  mais tout à fait singulières, tout à fait polies selon les lois et les manières d’une personnalité unique et passionnante. Voilà ce fruit sublime, cette Myrtille, double et noble fruit de la filiation et de l’invention.

    Tout ce qui me bouleverse  dans l'artiste se rencontre chez Myrtille Henrion Picco : une noblesse, une singularité, une générosité, une griffe, une âme, un envoûtement, un imaginaire fertile et beau, un impressionnant et réjouissant savoir faire, une distinction, une façon d'être unique, une invitation au voyage, la transmission d'une exaltation, la chaleur d'une flamme et la qualité d'une lumière.

    Illustrations dans le texte : (1) "Rapt Sonic In Blood", huile sur toile, 100 x 81 cm - (2) "Portrait bleu", pastel sur papier, 1998, 46 cm X 38 cm. (3) "Songe d'un chat rouge", 1991, huile sur toile, 130 X 97 cm. Un certain nombre des oeuvres visibles dans cet article sont vendues et appartiennent à des collections privées.

    Hâtez-vous de découvrir l’espace de l’artiste : http://myrtille-henrion-picco.blogspot.be

    MH P2.JPG

    Rushes, 2010 - 120 X 120 cm

    MHP 1.jpg

    Nous l'appelerons H (version I) - 2011 - 116 X 89 cm

    MHP 2.jpg

    Nombril de Bonne Soeur à l'Epazote - 2008 - 89X 116 cm

    MHP 3.jpg

    Bohémia - 2008 - 97 X 130 cm

    MHP 4.jpg

    Idéale Bionique - 2008 - 61 X 46 cm

    MHP 5.JPG

    La Bonzesse - 2008 - 65 X 46 cm

    MHP 6.jpg

    Scherzo Ma Non Troppo - 2009 - 100 X 89 cm

    MHP 7.jpg

    Non-Chaland Sur La Mer Tempête Dans Un Invisible Détaillé - 2000 - 100 X 100 cm

    MHP 8.jpg

    De Nos Jours Les Humeurs Vagues Abondent - 2007 - 89 X 100 cm

    MHP 9.jpg

    Fées Nées Buleuses, Ou Vagues, Comme On Veut - 2006 - 100 x 100 cm

    MHP 10.jpg

    Ex-Voto - 2004 - 97 X 130 cm

    MHP 11.jpg

    Si La Nuit Tu Vas - 2004 - 89 X 116 cm

    MHP 12.jpg

    Portrait de ma Petite Soeur Pascale - huile sur toile - 1991 - 65 X 54 cm

    MHP 14.jpg

    Pleine-Lune - huile sur toile marouflée - 65 x 92 cm - 1991

    MHP 16.JPG

    Petit Portrait Orange - Pas de date - Huile sur toile - 46 X 38 cm

    MHP 17.jpg

    Désapprendre - Pastel et dorure sur papier - 1998 - 55 x 44 cm 


    0 0

    Musée de la Photographie à Charleroi

    dédié à une Asperge métaphorique

    Les photographies du Musée qui ornent l'article sont de Pascal Nivaille

    charl nub 10.jpg

    http://www.museephoto.be 

    chalr nub 6.jpgJe reviens à l’instant, - dans l’état du vase de Soisson soudain reconstitué ou du plomb domestique changé en or du temps, de la laborieuse chenille élevée à la condition de machaon grand porte-queue, du faux cheval de manège transmué en vraie licorne de légende, du tremblotant vertige métamorphosé en acrobatie superbe -, d’un lieu exorbitant, inouï, fracassant qui m’a enchanté, retroussé de part en part, tourneboulé, écartelé, émerveillé, effaré, mis sens dessus dessous, secoué, traversé, épluché, jeté en lévitation et en orbite, fendu en deux. Je reviens d’un lieu qui risque fort d’épuiser une partie de ma collection de superlatifs. Je reviens d’un lieu passionnant, faramineux, envoûtant que, en compagnie de mon ami et néanmoins photographe Pascal Nivaille, j’ai visité pendant environ quatre heures, quatre heures qui m’ont paru une dérisoire poignée de minutes. En vérité, je n’en reviens toujours pas. Ah, je flotte, je ris aux archanges ! Ah ! je bée. Je demeure béat. J’ai vécu quatre grandes heures de ma vie.

    charl nib 9.jpgJe ne sais par où commencer tant je suis assailli d’images et de magies. Dans cet ancien carmel reconverti en temple de l’icône profane, j’ai connu des sommets d’émotions. Oh oui, j’ai retrouvé l’intact plaisir du tressaillement, la voracité curieuse de l’adolescence, le bonheur savoureux de la contemplation, j’ai renoué avec un effarement sans fard. Avec cette trépidation de la fièvre heureuse, ces agitations de l’état second que l’opium du charme ambiant exhausse et rend chorégraphiques. On pensera que je phrase quand, avec une candeur dont je me croyais débarrassé, j’essaie de rendre compte de mon exaltation. Entre les daguerréotypes du charl nu11.jpgXIXème s. et les photographies d’aujourd’hui, parmi les glorieux pionniers et les considérables artistes contemporains, sur des milliers de mètres carrés d’exposition, au réjouissant carrefour d’une inconcevable diversité d’approches (une sorte de flore universelle aux mille espèces), dans l’ancien espace ou dans la nouvelle extension du musée, j’ai vécu une formidable aventure esthétique et émotionnelle. Oh, des heures importantes ! Une affaire considérable. Un rendez-vous. 

    Charl nub 1.jpgOn voyage, entre le pictorialisme distingué de Léonard Misonne et les saignantes partitions d’abattoir de Marc Trivier, d’une geste à l’autre, d’un bout à l’autre de la sensation, du temps, de l’élastique esthétique. Entre une œillade admirative sur un superbe portrait de Victor Hugo par Nadar et un regard atterré sur l’épouse de Martin Luther King penchée sur le cadavre de son époux. Que du haut de gamme entre le témoignage social, historique et humain et la quête du beau, avec tous les ponts, tous les métissages jetés entre ces objectifs. Et l’imagier puissant de l’Amérique profonde patiemment constitué par le couple Wendy Watriss et Frederick C. Baldwin. Les œuvres, les images bouleversantes,
    charl nub 7.jpgsaisissantes, insolites, sensuelles, brutales, feutrées ou crues abondent et me laissent sans répit, haletant, curieux, totalement mobilisé : la visite est une succession ininterrompue d’émotions denses, pointues. A l’instant où je transcris ce long chapelet de sensations, le kaléidoscope de ma mémoire impressionnée restitue mille icônes : les images somptueusement artificielles et composées des pictorialistes, les chaussettes sales et la poupée crasseuse d’une fillette de la misère, des paysages somptueux, l’iconostase des portraits de Guevara, le ballet de séminaristes dans la neige, ce jeune syndicaliste flingué et qui baigne dans son sang, les souliers de Marien gravissant seuls un escalier, toute une gamme de photos très blues de l’Amérique au début du vingtième siècle, la Russie rurale d’avant la révolution, je revois charl nub 8.jpgGarbo la sublime, une Monroe rêveuse, Paris il y a plus de cent ans, les premières photographies de la lune en 1870, des nus somptueux, le précieux legs des albums d’une amie du couple Magritte, un homme derrière les barreaux, le pied cisaillé d’une suicidée, des visages anonymes rendus captivants et hypnotiques, d’inhumaines structures architecturales, de sinistres images d’exode et de misère… C’est un lieu cinglant, le musée de Charleroi. Un lieu intense, ardent. Le visiteur halète, il palpite. Une affolante suite, hélas lacunaire, de noms prestigieux me revient : Man Ray, Bettina Rheims, Cindy Sherman, Hubert Grooteclaes, Auguste Belloc, Marcel Lefrancq, Diane Arbus (des portraits réellement affolants), Nadar, Adolphe Neyt, Robert Doisneau, Jeanloup Sieff (une suite de trois nus somptueux), Willy Ronis, Jacques-Henri Lartigue, Luang Kuo Lung, Dorothée Lange, Edward Weston, Cartier-Bresson, Gustave Marissiaux, Eugène Atget, Erica Harrsch, Brassaï, Lee Friedlander, Raul Corralès (les portraits du Che), Mario Giacomelli (les séminaristes dans la neige), Andres Serrano, Lisette Model, Esko Männikö, Dick Durrance, Marc Riboud, William Klein, Stephen Shore, Georges Vercheval, Izis, Thomas Ruff, Philip Lorca Dicorcia, etc.

    Les Jardins du Musée

    charl nub 2.jpg

    charl nub 3.jpg

    charl nub 4.jpg

    Un immense panneau, sur une superbe oeuvre du photographe japonais Nobuyoshi Araki, mitraillé de jets de couleur terne alors qu'il était exposé en façade. Nous présumons, au minitieux examen de la manière dont il s'est répandu, que le profanateur masqué devait être un éjaculateur précoce. La faute de maîtrise est courante chez le vertueux. Certes, il met tout à côté de la cible, mais ce valeureux sniper veille sur notre santé morale. Ceci me remet en mémoire l'excellent sketch de Federico Fellini, "Le Tentazioni del Dottor Antonio", acte II du film "Boccaccio'70". 

    charl nub 5.jpg

    Photographies des Jardins, Pascal Nivaille

    Les trois expositions temporaires

    charl 3 expo.jpg

    Et puis, il y a les trois expositions temporaires. Il y a celle du photographe américain Dave Anderson. Elle s’appelle tout simplement « Charleroi ». Après avoir travaillé pour Bill Clinton, après avoir été producteur sur MTV, Anderson entre en photographie. « En 2007, il publie un ouvrage 'Rude beauté', reportage autour d'une ville du Texas assez singulière et fermée sur elle-même. Héritier de photographes comme Walker Evans ou Dorothea Lange, Dave Anderson observe l'humanité dans sa complexité à juste distance. » (evene.fr). C’est ce reportage sur la cité de Vidor (Texas) qui retient l’attention du Musée qui lui confie la mission d’un reportage sur la ville de Charleroi. Oui, nous avons longuement regardé sa suite de photographies, une centaine, une suite qui privilégie les grands formats carrés. Du très sérieux travail, très consciencieux, intelligent, précis, avec tout au long de l’espace, une véritable palpitation, une vraie qualité de regard et de pertinence, une réelle dimension humaine, une impressionnante maîtrise de la couleur et un art réellement épatant et dynamique du cadrage. Le travail justifie l’initiative du Musée et de la ville, le reportage est une vraie et belle réussite. C’est une œuvre cohérente et dense, sans complaisance et, par ailleurs, sans malveillance : Andersen montre la ville avec ses chancres, ses abîmes, ses blessures, ses attraits, ses agréments, ses enthousiasmes, sa population et sa diversité culturelle. Il la regarde dans un grand sentiment de liberté créatrice et lui tend un miroir qui échappe aux clichés, un miroir où la lucidité et le tact, l’art et la pertinence, le talent et l’humanité sont clairement visibles.

    charl Dave anderson.jpg

    "Charleroi", Dave Anderson

    Il y a Aurore Dal Mas. Elle propose « Ultima ». C’est une jeune et talentueuse photographe belgo-italienne. Cette suite d’une dizaine de hauts panneaux rectangulaires laisse sur une double impression de vastitude et de presque évanescence. La fragilité de l’immense. En même temps, cet art photographique présente une certaine parenté avec la gravure et repose sur la recherche dirait-on d’une sorte de frontière ultime avant l’évaporation, la quête de la fumée, de la buée même des choses. La trace et sa fuite, l’effacement, le fantôme des choses, leur voile, la presque disparition comme célébration fervente de la présence. L’espace de la jeune photographe laisse sur une impression d’encens et de spiritualité.  

    charl aurore dal mas.jpg

    Aurore Dal Mas, "Ultima"

    Et enfin, il y a la reine, la superbe, il y a Magali Koenig. Elle est née en 1952 à Lausanne. Sa plantureuse suite de photographies, « Milieu de rien », est une authentique merveille. « Depuis toujours, dit Magali Koenig, j’aime voyager et photographier et je photographie partout. Pas question de partir sans mon appareil. D’ailleurs, je vais dans des endroits que je choisis parce que j’ai envie d’y faire des photographies. Je m’arrête dans des décors qui me touchent, qui me semblent humbles ; qui me font sentir qu’ils aimeraient être autrement, mais qu’ils n’y arrivent pas. Dans ces endroits-là, je me sens bien, j’y guette la vie, ou les traces de vie ». « Pour mieux dire qui est Magali Koenig, explique Philippe Dubath, l’écrivain et photographe vaudois, on peut préciser qu’elle est photographe indépendante (elle y tient), qu’elle donne des cours à l’Ecole de photo de Vevey, qu’elle est photographe attitrée de la Fondation Theodora, qu’elle a un atelier à Lausanne. On peut aussi aller voir ses photographies, tirées sur papier baryté, et collées au mur. Simplement ».

    charl magali koenig.jpg

    "Milieu de rien", Magali Koenig

    Les photographies de la Suissesse ont été prises lors de pérégrinations en Sibérie, Géorgie, Russie, à Cuba, etc. Elles montrent, en des images d’une formidable originalité, des lieux insolites, étranges, sinistres, grotesques, vides ou étrangement bariolés dans lesquels l’art imparable de Koenig a détecté un indice de grâce, une situation poétique, une trace de beauté ou d’humour, le battement d’aile d’un frisson, le battement de cils d’un clin d’œil. Koenig invente, dans ses photographies, de la poésie en des lieux d’où elle semble exclue. Quand on contemple les photographies, oui, la poésie est venue au rendez-vous, oui, quelque chose s’est passé, oui, l’invention a eu lieu. Oui, le regardeur est totalement séduit, il jubile, il est ému, il est heureux d’être là. Dans ses photographies de lieux clos, (chambres, pièces de vie, salons), la télévision joue avec le décor d’un kitsch humble dans lequel elle ne s’adresse à personne. A personne qu’à l’objectif de Koenig. A personne qu’à ce subtil sens de l’absurde, ce nonsense délicat, poétique et merveilleusement feutré d’ironie de la photographe. Une ironie aimable, imparable. Et il y a un petit lieu de vertige en chacune des photos. A propos du travail de Magali Koenig, Nicolas Couchepin, le romancier de Lausanne, écrit ceci : « Les photographies de Magali Koenig représentent rarement des personnes. Et pourtant, on pourrait presque dire que ce sont des portraits. Quelqu’un vient sans doute de passer par là, juste avant le déclic. Ces lieux qui semblent fraîchement abandonnés, ces espaces voués au désenchantement, ces paysages à la fois immenses et remplis de cachettes, sont investis de toute l’émotion de la vie qui se déroule, hors cadre, juste avant, juste après». Et de poursuivre sur la série Milieu de rien «Les photos de Magali Koenig montrent des tas d’endroits proches et lointains ; ils ont tous en commun d’être à la fois familiers et abandonnés, et de représenter des milieux de rien qui vous ramènent au milieu de tout. On y entre, on tombe dedans, on a la sensation de voler, on sent l’odeur du soleil sur les plumes, on se dit qu’il nous arrive quelque chose, et à la fin, on ne sait plus si le bonheur s’appuie sur la nostalgie, ou si c’est le contraire. » Beauté formelle, génie de l’angle, de la composition, sens inédit de l’humour et de la grâce, puissante intelligence technique, voici encore quelques-uns des cordes qui orne l’arc-harpe de Magali Koenig la magnifique.

    Charl diane_arbus_133.jpg  diane arbus.jpeg

    Diane ARBUS

    charl gustave marissiaux 2.jpg   charl gustave marissiaux.jpg

    Gustave Marissiaux

    charl marc riboud.jpg

    Marc Riboud

    Charl Marcel Lefrancq Eloge_du_carnage.jpg

    Marcel Lefrancq - "Eloge du carnage"

    charl raul corralès.jpg

    Raul Corralès

    charleroi Mario Giacomelli.jpg

    Mario Giacomelli

    Charleroi Sand-Nadar.png

    Nadar, Georges Sand

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_de_la_photographie_%C3%A0_Charleroi

    http://www.charleroi.be/node/186

    http://plusmagazine.levif.be/fr/011-412-Le-Musee-de-la-photo-a-Charleroi-le-plus-grand-d-Europe.html

    http://www.rtbf.be/info/regions/detail_le-musee-de-la-photo-de-charleroi-a-25-ans?id=7397953

    http://www.lalibre.be/culture/arts-visuels/article/564033/la-photo-est-une-fenetre-sur-le-monde.html


    0 0

    DIANE ARBUS : photographe américaine, 1923-1971

    diane 2.jpg  diane.jpg

    http://diane-arbus-photography.com/

     MARC TRIVIER : photographe belge, 1960

    triv 2.jpg  triv.jpg

    Francis Bacon et Samuel Beckett par Trivier

    http://www.facebook.com/pages/Marc-Trivier/158733414156200?sk=photos_stream

    http://www.mep-fr.org/actu/expo-h2011_1.htm

    NOBUYOSHI ARAKI : photographe japonais, 1940

    nobu 2.jpg  nobu.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nobuyoshi_Araki

    http://www.arakinobuyoshi.com/

    DOROTHEA LANGE : photographe américaine, 1895-1965

    do 1.jpg   do 2.jpg

    http://www.yellowkorner.com/artistes/176/Dorothea-Lange.aspx

    http://en.wikipedia.org/wiki/Dorothea_Lange

    MARC RIBOUD : photographe français, 1923

    bib 2.jpg   rib.jpg

    http://www.marcriboud.com/


    0 0

    MAGALI KOENIG : photgraphe suisse née en 1952

    magali 2.jpg   magali.jpg

    http://www.esf.ch/koenig/#

    WILLY RONIS : photographe français, 1910-2009

    A2.jpg   a 1.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Willy_Ronis

    http://monsieurphoto.free.fr/index.php?menu=1&Id=3&ss_menu=1

    GUSTAVE MARISSIAUX : photographe belge, 1872-1929

    A2.jpg   a 1.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Marissiaux

    LEE FRIEDLANDER : photgraphe américain, 1934

    A1.jpg   a 2.jpg

    http://www.artnet.com/usernet/awc/awc_history_view.asp?aid=424415352&info_type_id=1

    EDWARD WESTON : photographe américain, 1886-1958

    A2.jpg   a 1.jpg

    http://www.edward-weston.com/


    0 0

    JEANLOUP SIEFF : photographe français, 1933-2000  

    A2.jpg   a1.jpg

    http://www.jeanloupsieff.com/

    GARY WINOGRAND : photographe américain, 1928-1984

    A 1.jpg   A 2.jpg

    http://www.atgetphotography.com/The-Photographers/Garry-Winogrand.html

    ALFRED STIEGLITZ : photographe américain d'origine allemande, 1864-1946

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.galerie-photo.com/alfred-stieglitz.html

    EDOUARD BOUBAT : photographe français, 1923-1999

    A 1.jpg A 2.jpg

    http://www.edouard-boubat.fr/

    MAN RAY : photographe américain 1890-1976

    A1.jpg   A 2.jpg

    http://www.manray-photo.com/catalog/index.php


    0 0

    TINA MODOTTI : photographe italienne, actrice, militante politique né en Italie, 1896-1942

    a1.jpg   a 2.jpg

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tina_Modotti

    http://eve-adam.over-blog.com/article-tina-modotti-artiste-et-muse-1-108929463.html

    http://www.moma.org/collection/artist.php?artist_id=4039

    LEE MILLER : photographe américaine, 1907-1977

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.leemiller.co.uk/

    http://theredlist.fr/wiki-2-16-601-795-view-war-reporting-photojournalism-profile-miller-lee-1.html

    LORETTA LUX : photographe allemande, 1969

    A1.jpg   A2.jpeg

    http://www.lorettalux.de/

    DESIREE DOLRON : photographe néerlandaise, 1963

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.desireedolron.com/

    JEAN DIEUZAIDE, photographe français, 1921-2003

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.jeandieuzaide.com/


    0 0

    WALKER EVANS : photographe américain, 1903-1975

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.espritsnomades.com/artsplastiques/evanswalker/evanswalker.html

    BRASSAÏ : photographe hongrois, 1899-1984

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.atgetphotography.com/The-Photographers/BRASSAI.html

    ROBERT FRANK, photographe américain, 1924

    A1.jpg   A 2.jpg

     http://www.atgetphotography.com/The-Photographers/Robert-Frank.html

    ANSEL ADAMS, photographe américain, 1902-1984

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.anseladams.org/

    LÉONARD MISONNE, photographe (pictorialiste) belge, 1870-1943

    A1.jpg   A2.jpg

    http://www.tumblr.com/tagged/leonard%20misonne?before=19

    http://www.youtube.com/watch?v=KB1slEHnKvU

    http://www.wbi.be/cgi/bin3/render.cgi?id=0135805_article/print.html&ln=ln1


    0 0
    0 0
    0 0
    0 0
    0 0

    Je hais les poètes  (vivants) !suivi de "Circus"

    Denys-Louis Colaux

    MaelstrÖm Editions, 2003 - (Extraits) - Photo : Jacky Lepage

    JLE_8119_DxO.jpg

    Juste avant d'expirer, je deviendrai un Esquimau.

    L'étable répudierait un bouc qui sent l'homme.

    En revenant de la chasse aux autruches, j'ai été grièvement mollesté par un colibri.

    Pendant l'averse, le lac songe : "Nous avons de la visite".

    La couronne mortuaire évoque toujours en moi l'idée d'une bouée de sauvetage un peu tardive

    Quand la putain est en congé, le client ne couche pas avec l'innocence.

    Dans l'espace qui sépare le désir de la volupté, on devrait pouvoir élever une cathédrale.

    Il y a toujours une lampe d'autel entre les jambes d'une femme.

    La misogynie, c'est l'hygiène des gens très sales.

    Quand Josiane s'assoit sur l'éternel féminin, on ne voit plus que Josiane.

    J'ai l'intuition que l'or du temps est marqué à l'effigie de la femme.

    Voilà ce qu'il y a de foncièrement drôle ; quand nous partons, il n'y a guère que le chien de la maison pour nous escorter jusqu'à la grille.

    J'entends un type qui hurle : "Que Dieu sauve la reine !" Je me récrie : " Pas d'accord, c'est tout le monde ou personne"

    La femme s'entend à compliquer nos relations avec l'impassibilité.

    On fait bien de se méfier de Dieu, à qui on ne connaît pas d'amis.

    Trop peu de muses savent boire au goulot.

    Les poètes achèvent d'épouvanter la poésie.

    En Belgique, tous les poètes sont alpinistes.

    Ecrire un poème, verser un doigt de porto dans la nuit.


older | 1 | .... | 4 | 5 | (Page 6) | 7 | 8 | .... | 31 | newer